Pr Mohammed Belhocine à propos de l’utilisation de la Chloroquine : les résultats des analyses de l’OMS seront connus à la mi-juin

L’organisation Mondiale de la Santé a pris de court les pays qui utilisent l’hydroxychloroquine dans le protocole de soins du Covid-19 en demandant de l’arrêter. L’argument avancé est que suite à des analyses qu’elle a effectuées, un délai est nécessaire pour observer les résultats quant à l’éventualité d’effets secondaires ou non.

C’est ce que nous explique, dans une déclaration à notre journal en ligne Esseha, Pr Mohammed Belhocine, expert du comité scientifique de suivi du Coronavirus, qui indique que « l’OMS n’a pas dit qu’il ne faut pas utiliser la Chloroquine mais qu’elle stoppait d’enregistrer de nouveaux cas qui entrent dans le cadre de son essai scientifique qu’elle fait avec différents pays ».

Il a affirmé qu’il s’agit d’une « décision de précaution » de l’OMS qui, suite à un essai thérapeutique international qu’elle a effectué avec la Chloroquine et d’autres médicaments, tient à vérifier « si oui ou non il y a eu plus d’effets secondaires dûs à la Chloroquine ». Pr Belhocine nous apprend que les résultats seront connus dans une quinzaine de jours.

« Normalement, d’ici la mi-juin, ils devraient apporter les résultats définitifs de toutes les analyses des informations qu’ils ont ramassées autour de la Chloroquine » déclare Pr Belhocine qui souligne que pour ce qui est de notre pays, « nous avons nos médecins, nos équipes médicales qui ont utilisé la Chloroquine selon le protocole qui avait été défini par le ministère de la santé c’est à dire (qu’elle est) utilisée en milieu médical, après avoir vérifié qu’il n’y avait pas de contre-indications, et toujours avec un encadrement médical durant toute l’utilisation du médicament. Nous n’avons pas observé de situation grave due à la Chloroquine.

Bien au contraire, nos médecins semblent satisfaits de l’utilisation de cette Chloroquine en particulier lorsqu’elle a été donnée suffisamment précocement dans le traitement des cas confirmés de Covid-19″. L’expert indique que « pour l’instant, cette utilisation continue et s’il y a des décisions supplémentaires qui doivent être apportées elles le seront en temps utiles ». Il affirme que « le comité scientifique a discuté de cette question et que jusqu’à maintenant, il considère « qu’il n’était pas opportun d’arrêter l’utilisation de l’hydroxychloroquine ».

Laisser un commentaire