patrimoine: Journées nationales du costume algérien sous le thème « Mon costume, ma mémoire, ma culture »

Le coup d’envoi des Journées nationales du costume algérien a été donné, lundi à Alger, sous le thème « Mon costume, ma mémoire, ma culture », sous la supervision de la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda.

La cérémonie d’inauguration de cette manifestation, qui s’inscrit dans le cadre du mois du patrimoine immatériel et qui se poursuivra jusqu’à la première semaine du mois de septembre, s’est déroulée en présence de M. Abdelhfid Allahoum, Conseiller à la Présidence de la République, de M.

Abdelmadjid Chikhi, Directeur général des Archives nationales et conseiller auprès du Président de la République chargé des Archives nationales et du dossier de la Mémoire, et de M. Nazih Berramadane, Conseiller à la Présidence de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger ainsi que de plusieurs membres du Gouvernement.

Dans son allocution d’ouverture, Mme Bendouda a mis en avant l’importance du vêtement authentique « en tant que legs culturel et partie intégrante de notre identité ».

Ce legs culturel que nous célébrons à travers cette manifestation « est riche et diversifié permettant de savoir énormément de choses sur la vie sociale de la région qu’il représente », a-t-elle relevé.

La ministre appelle, dans ce cadre, les chercheurs et historiens à s’intéresser davantage à l’étude de l’évolution de cet habit à travers les siècles, soulignant que ce genre de manifestation constitue « une opportunité  pour mettre en exergue, préserver, développer et promouvoir de legs à l’échelle internationale ».

L’exposition consacrée à l’habit algérien authentique comprend des costumes traditionnels représentant différentes régions du pays, à l’instar du « Karakou » algérois, de la « Chedda tlemcenienne », de la « Djebba » Kabyle et de la « Blouza » oranaise.

Formant une véritable mosaïque, riche en couleurs et rehaussée de bijoux en argent et en or, les pavillons de cette exposition proposent des modèles d’habits pour hommes et pour femmes, tels que la Melahfa, le burnous ou encore les tenues chaouie, naïlie et targuie.

Plusieurs exposantes ont présenté des pièces antiques transmises de génération en génération comme la « Gandoura » constantinoise.

D’autres régions sont également représentées à travers des costumes traditionnels, notamment l’habit des femmes de Ghardaïa et de la femme targuie.

Parmi ces pièces inestimables, sont exposées un « Karakou » algérois datant de plus de 300 ans et une « Djebba Fergani » confectionnée dans les années 1950 par le maître du Malouf, Hadj Mohamed-Tahar Fergani.

Lors de sa visite, la ministre a écouté les explications des différentes exposantes ainsi que de chercheures en histoire du costume sur les diverses pièces exposés.

Les visiteurs peuvent, par ailleurs, découvrir une exposition de toiles et de livres illustrant l’évolution du costume traditionnel algérien à travers les différentes régions du pays.

Dans une déclaration à la presse, Mme Bendouda a fait savoir que les directions de la culture dans les wilayas organiseront des expositions analogues pour faire découvrir ce patrimoine que les Algériens ont en partage.

Evoquant le travail mené par les Centres de recherche et d’études en vue de l’inscription des différents costumes traditionnels algériens au patrimoine mondial de l’UNESCO, la ministre a rappelé, tout particulièrement, les efforts déployé en ce sens en faveur de la « Blouza » oranaise avec l’apport des associations locales et des citoyens.

A ce propos, elle a souligné qu’un intérêt particulier devait être accordé à l’ensemble du patrimoine immatériel en vue de sa préservation et protection.

Parallèlement à l’exposition, les organisateurs ont programmé des conférences virtuelles hebdomadaires sur la préservation du patrimoine culturel immatériel

Laisser un commentaire