Les premières images du futur Nissan Qashqai selon Kolesa

En grande difficulté, Nissan joue gros avec le remplacement d’un de ses best-sellers, le Qashqai. Le japonais a donc tout intérêt à soigner cette future génération, dont le style a d’ores et déjà été imaginé de manière assez crédible par le site russes Kolesa.
Même s’il a encore connu un véritable succès en Europe, le Qashqai deuxième du nom n’a clairement pas eu le même impact que son prédécesseur. La quasi-totalité des marques généralistes propose désormais un modèle concurrent, et le pionnier du « crossover » a peut-être péché par excès de sagesse lors de son renouvellement, début 2014. Pour sa troisième mouture, commercialisée début 2021, il compte donc renouer avec un peu plus d’audace, au moins sur le plan esthétique. Il arborera en effet un regard bien plus personnel qu’auparavant, et qu’on aurait volontiers imaginé réparti sur deux étages, à la manière des Juke et X-Trail. Mais en se basant sur les derniers clichés espion, nos confrères russes de Kolesa ont, eux, préféré imaginer des phares en boomerang, qui évoquent davantage la sportive 370Z.
Une planche de bord méconnaissable
La poupe s’annonce plus classique, avec des feux horizontaux assez simples, mais une signature lumineuse modernisée et un hayon redessiné l’aideront à renforcer son dynamisme. Surtout que ce Qashqai 3 devrait désormais pouvoir s’offrir un toit et un montant arrière partiellement peints en noir, une option déjà proposée par son petit frère Juke. C’est cependant l’habitacle qui avait le besoin le plus vital de faire totalement peau neuve, et Nissan en est bien conscient. La marque offrira donc à son SUV compact une planche de bord proche de celle du dernier X-Trail, avec des matériaux plus soignés, une instrumentation numérique, un mini-levier de vitesse ou encore un grand écran tactile haut perché.
Le diesel fait ses adieux
Quant à la palette des mécaniques, si elle reste encore assez secrète, on sait déjà qu’elle préférera désormais l’hybride, rechargeable ou non, et l’essence plutôt que le diesel. Comme ce carburant demeure encore populaire en Europe, l’abandonner totalement est un pari réellement risqué. Mais les RAV4 et C-HR du compatriote Toyota prouvent que cela peut s’avérer payant, et c’est aussi en osant prendre des risques que le premier Qashqai avait réussi à devenir un énorme succès.

Laisser un commentaire