Le coronavirus 2019-nCoV est similaire à 80% au SRAS, ce qui pourrait permettre de mieux le combattre

Tandis que l’épidémie à coronavirus 2019-nCoV continue de s’étendre, les virologues s’astreignent à mieux comprendre ce nouveau virus afin de développer des pistes de prophylaxie et de traitement. Récemment, une équipe de chercheurs a montré que le génome de 2019-nCoV était 80% identique à celui du coronavirus responsable du SRAS.

Une similarité qui pourrait permettre d’utiliser les protocoles thérapeutiques développés dans le cadre du SRAS contre le coronavirus 2019-nCoV.

Le nouveau coronavirus qui se propage en Chine semble être similaire au SRAS de deux manières importantes : les deux virus partagent 80% de leur code génétique et tous deux proviennent de chauves-souris. Telles sont les conclusions d’une paire d’études publiées dans la revue Nature, qui approfondissent le génome du coronavirus de Wuhan (2019-nCoV), qui a infecté plus de 20’000 personnes et en a tuées plus de 400 ​​depuis décembre.

« En substance, c’est une version du SRAS qui se propage plus facilement mais provoque moins de dégâts. Cela indique que les traitements et vaccins développés pour le SRAS devraient fonctionner pour le virus de Wuhan » explique Ian Jones, virologue à l’Université de Reading au Royaume-Uni.

Le séquençage du génome des différents coronavirus
De nombreux coronavirus sont des zoonoses, ce qui signifie qu’ils peuvent se propager aux humains à partir d’animaux. Dans le cas du SRAS et du nouveau coronavirus (officiellement nommé 2019-nCoV), les chauves-souris étaient les hôtes d’origine. Elles ont ensuite infecté d’autres animaux via leurs déjections ou leur salive, et les intermédiaires involontaires ont transmis le virus aux humains.

Entre novembre 2002 et juillet 2003, le SRAS a tué 774 personnes et en a infecté 8098 dans 29 pays. Pour déterminer l’origine du nouveau coronavirus, les scientifiques ont examiné les génomes complets des échantillons de coronavirus prélevés sur les patients au début de l’épidémie.

2019-nCoV : un coronavirus similaire au SRAS
Dans la première étude, une équipe dirigée par des chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan a examiné des échantillons de virus de sept patients qui ont initialement signalé des cas de pneumonie sévère. Six des patients travaillaient sur le marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan, en Chine, où l’on pense que l’épidémie a commencé en décembre.

lire l’article ici

Laisser un commentaire