Le constructeur chinois BYD va vendre des voitures électriques en Norvège

Le constructeur chinois BYD a annoncé lundi qu’il allait commercialiser cette année des voitures électriques en Norvège, avec l’idée de s’étendre à d’autres pays en Europe où la marque est déjà connue pour ses bus électriques.

Spécialisé à l’origine dans la conception et la fabrication de batteries, BYD (Build Your Dreams) s’est diversifié dans l’automobile à partir de 2003 pour devenir l’un des leaders mondiaux du véhicule électrique grâce à ses ventes en Chine.

Le constructeur a indiqué dans un communiqué qu’il allait commencer en Norvège avec la commercialisation d’un SUV compact 100% électrique baptisé « Tang » et doté d’une autonomie de 520 km selon l’ancienne norme NEDC. « À plus long terme », il souhaite lancer en Europe des véhicules utilitaires légers et des camions électriques.

Adossés au premier marché automobile mondial, les constructeurs chinois étaient jusqu’ici quasiment absents du Vieux continent, même si des conglomérats de l’ex-empire du Milieu contrôlent des marques européennes, notamment Geely avec Volvo.

la société n’a pas précisé le prix de vente, ni la date de commercialisation de son SUV. BYD n’a pas non plus détaillé le canal de distribution sur lequel il comptait s’appuyer.

Pour Isbrand Ho, directeur général de BYD Europe, la Norvège était un « choix naturel ». « Nous cherchons à étendre notre présence dans le domaine des véhicules électriques en Europe. La Norvège est le marché le plus avancé d’Europe en ce qui concerne l’adoption et l’utilisation généralisées des véhicules électriques, et elle possède également un réseau de recharge complet », a-t-il déclaré, cité dans le communiqué. « Nous évaluerons de près les performances du marché, mais, à plus long terme, notre objectif est d’étendre les ventes de voitures particulières au-delà de la Norvège », a-t-il ajouté.

BYD est déjà connu en Europe pour ses bus électriques, marché sur lequel il a remporté d’importants appels d’offres. Le groupe dispose d’un site de production en Hongrie et d’une usine à Beauvais (Oise).

Laisser un commentaire