L’Algérie ne recourra ni à l’endettement extérieur ni à la planche à billets

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé, vendredi, que l’Etat ne recourra ni à l’endettement extérieur ni à la planche à billets pour ses besoins financiers face à la chute des prix du pétrole, mais plutôt à « l’emprunt auprès des citoyens ».

« Nous n’irons ni au Fonds monétaire international (FMI) ni à la Banque mondiale (BM) car l’endettement porte atteinte la souveraineté nationale, une expérience que nous avons vécu au début des années 1990 », a déclaré M. Tebboune lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux.

A une question sur un éventuel retour à la planche à billets, le Président de la République a rétorqué que la question est de savoir « qui va payer cette dette au final, » expliquant qu’une telle démarche « entrainera une hausse du taux d’inflation alors que le revenu restera stable ».

« Nous préfèrerons emprunter aux Algériens en leur donnant toutes les garanties nécessaires », a-t-il soutenu.

Il a relevé, dans ce sens que le secteur privé non structuré représente « quelque 6.000 milliards de DA à 10.000 milliards de DA de fonds à injecter et je préfère emprunter auprès des Algériens au lieu d’aller vers le FMI ou d’autres banques étrangères », a-t-il ajouté.

Affirmant qu’il s’agit là d’une question de souveraineté nationale, le président Tebboune a expliqué que « lorsqu’on empruntons auprès de banques étrangères, on ne peut parler ni de la Palestine ni du Sahara Occidental ».

Il a assuré, par ailleurs, que des garanties et des facilitations seront accordées aux propriétaires de fonds pour contribuer à l’économie nationale, ajoutant que « si quelqu’un demande l’ouverture d’une banque islamique sans intérêts, la porte est ouverte et la Banque centrale est prête à accorder l’agrément ».

Pour le Président Tebboune, l’endettement extérieur demeure « une possibilité » pour « les projets économiques à haute rentabilité, comme la construction d’un port commercial ».

Laisser un commentaire