La participation de l’ANP aux opérations de maintien de la paix se fera sous la bannière d’organisations internationales

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé, vendredi, que la question de la participation de l’Armée nationale populaire (ANP) aux opérations militaires en dehors du territoire national, prévue par l’avant-projet de l’amendement constitutionnel, se ferait sous la bannière d’organisations internationales et dans le cadre d’opérations de maintien de la paix et serait tributaire de l’aval des deux tiers des membres du Parlement.

Lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux, le Président Tebboune a évoqué le point figurant dans la mouture de l’avant-projet de l’amendement constitutionnel soumis au débat, relatif à la participation de l’ANP aux opérations militaires en dehors des frontières, affirmant qu' »elle se fera de manière démocratique et avec l’aval des deux tiers du Parlement ».

« Nous disposerons d’une Constitution claire et transparente et notre armée aura le droit d’adhérer aux décisions d’instances internationales et régionale pour participer aux missions de maintien de la paix », a poursuivi le président de la République qui a tenu à rappeler que l’ANP avait déjà participé, à maintes reprises, à des opérations en dehors des frontières sous la bannière de l’ONU, ainsi qu’à des guerres dans le cadre de la défense arabe commune, mais n’a jamais participé à « des opérations offensives ».

Il a souligné, dans ce sens, que ce point avait fait couler beaucoup d’encre, mais « le plus important a été omis, à savoir que l’armée n’interviendra qu’avec l’aval des deux tiers des représentants du peuple et non sur décision du Président ».

« Ce débat est provoqué par des parties qui étaient intervenues, de manière effective, dans des conflits en dehors des frontières et qui nous reprochent aujourd’hui de vouloir changer notre doctrine militaire », a soutenu le Président de la République.

« Notre philosophie n’a jamais changé », souligne M. Tebboune précisant qu’il s' »agit simplement d’un retour à la normale », partant du principe que si l’ANP aura à participer à des opérations en dehors des frontières, cela se fera « sous le couvert de la Loi et de la Constitution et pour accomplir des missions pacifiques pour la défense de l’Algérie ».

Pour le Président Tebboune « l’attaque est la meilleure défense, mais dans certaines limites », rappelant l’opération terroriste qui avait ciblé la base de Tiguentourine il y a quelques années, « la philosophie adoptée alors interdisait toute attaque contre les terroristes tant qu’ils se trouvent en dehors de nos frontières ».

Laisser un commentaire