La hausse de températures en février, un phénomène que l’Algérie a déjà connu

La hausse des températures enregistrée actuellement dans le nord du pays « est certes exceptionnelle mais c’est un phénomène que l’Algérie a déjà connu, a affirmé mardi la chargée de l’information de l’Office national de météorologie (ONM), Houaria Benrekta.

« Avec 25 les 3 et 4 février, les températures ont dépassé, dans le nord du pays, les moyennes mensuelles et c’est certes un phénomène exceptionnelle mais l’Algérie a déjà connu de telles hausses en 2010, 2014, 2016 et 2017 », a précisé à l’APS Mme Benrekta, ajoutant que « la pluviométrie a été très faible en janvier dernier, mais plusieurs régions du pays ont enregistré localement des perturbations qui ont provoqué des pluies ».


Sur le risque de sécheresse, la spécialiste en prévision météorologiques a estimé que « c’est encore très tôt pour parler de sécheresse, en ce sens que l’année agricole s’étale du 1 septembre au 31 août et que l’hiver dure jusqu’au mois de mars ».

« Une forte pluviométrie a été enregistrée les mois d’octobre et novembre 2019, un phénomène qui pourrait se reproduire avant la fin d’hiver, et de par son emplacement géographique dans le bassin de la Méditerranée, l’Algérie avait enregistré une forte pluviométrie et des chutes de neige les mois de mars et avril en 2003 et 2005 », a-t-elle fait savoir, rappelant que même le nord du Sahara avait été concerné par la chute de neige durant ces années.

Evoquant des fluctuations saisonnières « avec la possibilité d’enregistrer en deux jours la pluviométrie d’un mois, d’où la répartition +anormale+ des précipitations constatée depuis des années », elle a souligné que ce phénomène peut être nuisible à l’agriculture qui nécessite des pluies à des périodes précises.

Par ailleurs, Mme Benrekta a annoncé qu’une timide perturbation est prévue entre mardi soir et mercredi sur les régions est et centre-est qui devront connaitre des pluies et une baisse de température ainsi que des vents pouvant atteindre les 60km/h dans les Aurès.

Un retour à la normale est prévu dés jeudi avec des températures saisonnières, 17 à 18 , a-t-elle assuré.

Par ailleurs, la chargée de l’information de l’ONM a déploré les informations erronés relayées sur les réseaux sociaux concernant les perturbations climatiques et les prévisions météorologiques, dont la source n’est pas l’ONM, appelant, dans ce sens, à recourir à une source fiable.

avec APS

Laisser un commentaire