Covid-19 : l’Algérie entame la production de kits de dépistage, une première dans le Maghreb

L’Algérie a entamé lundi la production de kits de dépistage du Coronavirus avec un premier volume de 200 000 unités/semaine permettant des résultats en 15 minutes, une première dans la région du Maghreb, a annoncé la télévision publique (EPTV).

Implantée à Baba Ali (Ouest d’Alger), l’usine Vital Care (100 % algérienne) de production de ces kits permettra, en plus des résultats en un temps record, de diagnostiquer des cas de contamination de sujets asymptomatiques, selon la source.

Un essai jugé concluant de ces kits de dépistage a été déjà effectué au Centre Hospitalo-universitaire de Beni Messous (Alger).

L’Algérie devient ainsi le premier pays du Maghreb à produire ce genre de tests et le deuxième en Afrique, après l’Afrique du Sud.

Ces test seront produits à une cadence de 200 000 unités par semaine, par une société algérienne sise à Baba Ali (Alger) en partenariat avec des sociétés canadiennes et jordaniennes, a expliqué le ministre délégué chargé de la production pharmaceutique, Lotfi Benbahmed.

A ce jour, l’Algérie a adopté le protocole de traitement du coronavirus par hydroxy-chloroquine qui était produite localement avant même l’apparition de l’épidémie tandis que des centaines d’entreprises et d’associations fabriquent les masques et les gels désinfectants. Ce protocole, combiné aux antiviraux, a concouru à la guérison, à, ce jour, de 2841 personnes dont 163 durant les dernières 24 heures.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Pr. Abderrahmane Benbouzid, avait affirmé que les indicateurs d’utilisation de ce protocole thérapeutique contre le COVID-19 étaient « encourageants et très satisfaisants », vu qu’il y a « une baisse du nombre des décès ».

En plus de l’adoption de ce protocole, la nouvelle usine de Baba Ali permettra désormais à l’Algérie d’atteindre une certaine autonomie en matière de dépistage et de traitement de la pandémie.

Laisser un commentaire