Corée du Sud: Coronavirus propage le virus de la violation des droits de l’homme et de l’intolérance ?

Les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC), une organisation relevant du Ministère du bien-être et de la santé, ont déclaré que 600 cas supplémentaires avaient été confirmés, avec un total de 4,812 en date du 3 mars.

De nombreux cas confirmés ont été découverts dans la ville de Daegu et la province du Gyeongsang du Nord.
Le Premier ministre sud-coréen Chung Sye-Kyun dans sa déclaration publique a demandé aux citoyens de coopérer avec le gouvernement et d’éviter les rassemblements à grande échelle et a déclaré que le virus a un faible taux de mortalité et pourra être adquatement contrôlé par l’isolement et les traitements précoces.
Mais le gouvernement sud-coréen n’a pas mentionné l’interdiction d’entrée en provenance de Chine, qui a été constamment soulevée par l’Association médicale coréenne et les partis d’opposition. Pour la pétition nationale en ligne adressée au bureau exécutif du président de la Corée du Sud sur l’interdiction d’entrée, aucune réponse officielle n’a été faite par le gouvernement malgré 761,833 soutiens.

L’agence de presse publique sud-coréenne, Yonhap News, a présenté la relation possible entre l’afflux de 1 000 voyages scolaires chinois à Daegu le mois dernier.

Laisser un commentaire